Réparties en 5 zones correspondants à celles des bureaux de vote, leur mission a consisté à « Observer-Noter-Signaler » en relayant sans se mettre en danger, les informations au brigadier-chef de la police municipale Sabine GUICHEUX ou en composant le 17.

L’objectif avoué d’un tel dispositif créé en 2007 en France est de réduire de 40% le risque de cambriolage (1 cambriolage toutes les 90 secondes en France) en comptant sur la surveillance discrète des voisins. Des panneaux et autocollants Voisins Vigilants (R) dissuasifs sont présents à l’entrée des villes et dans les quartiers qui ont adhéré à ce fonctionnement. Deux ans après, le bilan sur Bizanos est positif sur les cambriolages qui ont chuté vertigineusement. La capitaine Fériolo de la police Nationale responsable de la Brigade anti criminalité de jour et celle de la BAC de nuit, Olivier LALANNE de la police intercommunale (5 agents bientôt 6 pour 21 communes) et Sabine GUICHEUX policière municipale, sont présents à cette 1ere fête pour en attester chiffres à l’appui. Le nombre de cambriolages sur Bizanos est passé de 26 en 2019 à 15 en 2020 pour finir à 4 en 2021. Ils restent concentrés sur le bourg. Si la période des confinements dus au covid a sans doute joué, ces résultats sont encourageants. Par ailleurs 5 surveillances « tranquillité vacances » ont été programmées en soutien avec l’intercommunalité qui prenait le relais de la municipale en soirée par le biais de rondes.

L’objectif fixé en 2019 à la création de la cellule « voisins attentifs à Bizanos » était de 100 participants. Si 80 bizanosiens ont rejoint les rangs en ordre de bataille, l’objectif de couvrir toutes les rues n’est pas encore atteint avec au moins un voisin vigilant par rue. Un appel est donc lancé à ceux qui souhaitent contribuer à la sécurité de leur ville (contacter Sabine Guicheux au 05 59 98 69 72).

Au-delà des délits sur les biens, les voisins attentifs relèvent sur leurs quartiers et rues des problématiques de sécurité routière. L’occasion pour la municipalité de « réfléchir sur les circulations que nous aimerions demain dans sa globalité avec voitures, bus et piétons ». De fait à ce jour les chiffres évoquent une répartition des véhicules par tranches de vitesse (statistiques radars pédagogiques mois d’août) à 179 687 véhicules entrants à moins de 30kms heure sur la rue Clemenceau tandis que 309 sont relevés à une vitesse supérieure à 61-70 et 642 en véhicules sortants en dépassement. La route d’Idron reste le point noir avec une vitesse relevée à 71-80. A ce jour 4 radars pédagogiques émaillent la commune rue Clemenceau à hauteur de l’église, route d’Idron, rue des frères Cousté (sur la montée) et avenue Beau Soleil. Si demain ils devenaient répressifs « les amendes feraient ralentir vraiment comme on peut déjà le voir sur certaines rues à Paris et une réflexion qui pourrait devenir d’actualité si nécessaire » préviendra le maire. La pédagogie est-elle encore possible ? Est-ce mieux que les ralentisseurs, sens unique, travaux, de nombreuses questions ont fusé et tenté de trouver réponses. Ont été évoquées les rues du 8 mai, Sorrento, l’entrée de Pau Bizanos, de l’Yser, des lavandières, Larribau, avenue de l’Europe, route d’Idron, Victor Hugo. Des opérations coups de poing de la police nationale sur les quartiers ont permis de verbaliser les délinquants routiers ça a son effet tant mieux » interviendra Olivier Lalanne. Côté protection pour pallier au vandalisme et aux incivilités, il sera noté que des caméras de surveillance ont été installées au stade, à la salle polyvalente et à l’école primaire. Elles préparent l’arrivée en 2022 de celles de l’Espace Balavoine et du château de Franqueville.